[Revue de la presse environnementale] : Pendant que la RDC se lance dans les préparatifs de la Cop27, la centrale de la Ruzizi demeure sous la menace des déchets plastiques


Un documentaire de TV5 Monde renseigne que les eaux du Lac Kivu trainent de déchets notamment du plastique, vers le barrage de la rivière Ruzizi qui endommagent des machines et fait baisser la production de la centrale. De l’autre côté, la République démocratique du Congo a officiellement déposé sa lettre de demande d’organisation des travaux préparatoires de la COP 27 (Pre-COP27). Au même moment, le développement d’une filière palmiers à huile est une préoccupation en RDC. Lisez cette revue de presse qui couvre la période du 28 mars au 3 avril 2022.

En plein régime, la centrale hydroélectrique de la Ruzizi produit 30 mégawatts. Actuellement, elle n’en produit que 23,7 mégawatts. Pourtant c’est cette centrale qui alimentent les deux provinces du Nord et Sud Kivu dans l’Est de la République démocratique du Congo, ainsi que le Burundi voisin.

En effet, « les déchets plastiques menacent la centrale électrique de Ruzizi », indique desknature.com. selon ce média, tous les déchets qu’on jette dans le lac ou dans la rivière viennent échouer ici (au niveau du barrage),Ndlr, quel que soit l’endroit où on les a jetés. Même à Goma, les déchets jetés là-bas, c’est qu’une question de temps. Comme le lac coule vers la rivière Ruzizi, petit à petit, les déchets viennent et en fin de compte, ils échoueront ici (au niveau du barrage, Ndlr).

Pour pallier cette difficulté, une société de Bukavu s’est lancée dans l’achat des déchets pour lutter contre la pollution du lac Kivu. Il s’agit de la société FDA (Full developpement agency). Elle collecte et transforme des déchets. Elle invite la population de la ville de Bukavu (Sud-Kivu) à vendre les ordures ménagères notamment les déchets plastiques au lieu de les jeter dans les caniveaux ou dans le lac. « Cette initiative est lancée après les plaintes de la SNEL face à la pollution du lac Kivu qui affecte le bon fonctionnement du barrage Ruzizi. Une situation qui est à la base de coupures intempestives d’électricité dans la ville de Bukavu », indique radiookapi.net.

Développement filière palmiers à huile

La question été au centre d’une table ronde organisée à Kinshasa le vendredi 01 avril, sur l’avenir de la filière à huile en RDC. « Le représentant du ministre de l’Environnement et développement durable, a dans son  allocution, indiqué que ce travail s’inscrit également dans le cadre de la réalisation des objectifs de développement durable, d’ici 2030 en ce sens que ce secteur permet de lutter contre le changement climatique mais aussi de réduire très sensiblement le taux de la pauvreté », peut-on lire sur environews-rdc.org.

Pendant ce temps, la RDC se porte parmi des candidats pour organiser des travaux préparatoires de Cop27. Mais, il y a encore des contrecoups avec le budget national. « Si sur le plan diplomatique, la RDC a l’appui notamment de la Grande-Bretagne, de l’Égypte, sur le plan financier le pays n’a prévu qu’une enveloppe de 29.164.912 Francs congolais, une équivalence d’environ 15.000 USD, indique le budget 2022, sous le chapitre Pré-Cop 27 », s’étonne Kis24.info.

Dans le domaine de la conservation et de protection, le Parc national de Garamba annonce avoir doté 15 éléphants (1 mâle et 14 femelles) des colliers GPS. Cela permet à l’équipe de mener en permanence la surveillance de cette population animale. Les derniers chiffres indiquent que la population d’éléphants équipés de colliers GPS/VHF est  passée de 700 à 902 individus au Parc national de Garamba.

Rédaction icicongo.net


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.