Légaliser le braconnage en RDC, des écologistes ne décolèrent pas


Depuis le 27 juillet 2020, le gouvernement congolais, tente d’officialiser le braconnage sur son territoire. Un décret en gestation pourrait permettre de se taper une espèce en protection en s’acquittant légalement d’une certaine taxe. Une décision qui ne laisse pas indifférents les acteurs environnementaux. Visiblement fâché, Popal Isse Vossy, Musicien écologiste, qualifie cette décision de déclaration de guerre… Interview…  

Comment avez-vous accueilli cette décision du gouvernement Congolais ?

Personnellement, je suis estomaqué… Pourquoi ? Quand cette histoire vient de notre gouvernement de la République Démocratique du Congo, un gouvernement qui est parmi les pays avec des potentialités en biodiversité, c’est une déception totale. Je me suis dit : « Je rêve ou quoi ! ». Je pensais qu’actuellement on doit signer un arrêté pour créer des parcs d’attraction partout dans le pays afin de maximiser le tourisme… Suis vraiment désolé… Et même je me demande : « Est-ce que cet arrêté existe d’abord ? ». Puis que c’est incroyable, c’est impossible… C’est comme ça que le monde entier se moque de nous.

Comment expliquer un arrêté qu’on cache dans les tiroirs pour le rendre public une année après ?

Quand je suivais cette information dans des médias internationaux je croyais qu’on visait le parc de Kingakati. Quand j’ai compris d’avantage les espèces citées dans l’arrêté, les espèces rares, les espèces ciblées et qu’on trouve seulement au Congo, j’ai conclu que c’est une autre rébellion contre notre faune. Comme il y a une guerre contre la population, maintenant on veut mener une guerre contre les animaux sauvages et innocents.

La faune n’est pas à vendre

Des éléphants dans le parc national des Virunga (©Photo droit tiers)

Ce qui me dérange fort est que nous on a fait plus de 25 ans en train de lutter pour la protection de la faune et de la flore en République Démocratique du Congo et en Afrique Centrale. Aujourd’hui je suis dessus… Je pense que c’est une faute grave et qu’il faille qu’on nous demande nous écologistes vraiment mille pardons. C’est qu’on veut faire ça s’appelle sacrilège… C’est un vrai scandale et il ne faut même pas que la génération future apprenne qu’on a donné un tarif pour canarder des espèces rares.

Selon cet arrêté, l’objectif est de maximiser les recettes. Selon vous cette option est-elle justifiée ?

Ce que le gouvernement veut légaliser c’est ce qu’on appelle trafic des animaux ou des patrimoines. Ce n’est pas du tourisme. Imaginez : quand on dit à quelqu’un si tu paies tel montant tu peux tuer un gorille de montagne. Or ces bêtes pour qu’elles soient conservées c’est tout un investissement. D’ailleurs les donateurs de ces fonds viennent de l’étranger. Maintenant quand tout le monde va apprendre l’existence de cet arrêté, on risque de venir vider et descendre notre faune. A part ça, il y a des braconniers qui continuent à menacer nos parcs, à menacer nos réserves. Maintenant que c’est officialisé, à moins de deux mois on aura plus rien dans nos parcs et réserves.

Selon cet arrêté, par exemple, pour tuer un pangolin il suffit de débourser 100$

Celui qui a signé cet arrêté doit être parmi les descendants des nomades et des primitifs. Nous quand on grandissait on inculquait aux gens des idées selon lesquelles il ne faut pas consommer des viandes boucanées des animaux protégés.

Maintenant aujourd’hui notre gouvernement pense que nous aussi on n’a pas besoin de prendre de cette viande… On se donne seulement une certaine discipline pour que la population bénéficie un jour du tourisme quand il y aura des gens qui viendront uniquement pour visiter et non pour acheter.

« Notre faune n’est pas à vendre… Notre flore n’est pas à vendre… ». Sans doute il y a des arbres qu’on peut vendre par-ci par-là, mais il y a des espèces rares qu’on ne peut pas vendre même s’il faut signer et brader un arrêté. Ces espèces rares coûtent chers pour la communauté et même pour la biodiversité. Je vous dis : « C’est une autre guerre déclarée contre nous écologistes ». Si le gouvernement insiste on va préparer une marche pacifique des écologistes jusqu’à la mairie qu’on puisse montrer à la communauté internationale que « nous les riverains du Parc national de Virunga nous sommes contre cette décision ».

Mauvaise publicité pour le pays

Des gorilles de montagne dans le Parc national des Virunga, (©photos droits tiers).

Je pense que même le président de la République n’est pas encore informé sur l’existence de cet arrêté. S’il est informé, nous le supplions pour nous compenser nous les amis de la nature, qu’ils abrogent cet arrêté. Que ça ne puisse plus exister dans les tiroirs du gouvernement congolais. C’est un grand pêché et c’est une déclaration de guerre très virulente. « Je ne crois pas qu’il y ait même une personne qui soit d’accord avec cette décision ».

Quelles sont les plaidoiries déjà entreprises pour qu’on retire cet arrêté ?

Même la population est témoin, même les riverains des parcs sont témoins, même les pygmées ne sont pas d’accord avec cette décision. Puisque c’est provoqué aussi des ancêtres… C’est saboter notre culture et même nos coutumes. Après, ils vont encore signer des arrêtés pour vendre des parcelles dans des parcs. « C’est l’amour en outrance de l’argent ».

Est-ce qu’il y a de chance qu’on retire cet arrêté ?

Pas question de chance. Il faut qu’on le retire avant le temps. Ce n’est pas question de négocier. Mais qu’ils sachent ceci : « Si cet arrêté est appliqué, alors on signe la troisième guerre mondiale ». ca je vous le dis. Avec cet arrêté, on risque de couper tous les financements qui viennent de l’extérieur. Ce n’est pas normal… Ce n’est pas normal… La forêt que les gens négligent ici, c’est ce qui est entrain de purifier l’atmosphère partout au monde… Les animaux que vous voyez ici peuvent générer plus de recettes que Kilomoto ou même plus que La Gécamines. C’est suite à l’insécurité, mais vous devriez voir des touristes chaque jour.

Surtout qu’il y a de pays qui dépendent du tourisme ?

Oui… J’allais comprendre si c’était une proposition des Pygmées ou des populations riveraines des parcs. Mais quand la décision vient d’un gouvernement responsable, ça ne peut pas passer. Nous irons un peu loin. Nous allons demander au propriétaire de ces animaux de se venger contre les signataires de cette décision. Les gens pensent que les animaux sont venus d’ex-nihilo. Les animaux ont été créés avant l’homme. Donc ce sont des choses précieuses de Dieu.

Lire aussi : Le parc National de Salonga en voie de renaître de ses cendres

Comment expliquer que cet arrêté est rendu public pendant que l’UNESCO annonce une bonne nouvelle le parc de Salonga qui n’est plus sur la liste des patrimoines en péril ?

C’est avec des actions pareilles qu’on donne raison à celui qui avait dit que « ce pays n’a pas de chance ». Quand l’opinion internationale commence à donner confiance au pays, à vouloir encourager des opérateurs écologistes, voilà des gens qui essaient de tout brouiller. On croit qu’ici il y a des gens qui veulent nous amener des gangsters qui viendront prendre officiellement nos Gorilles de montagne, nos Léopards, nos Tigres, nos Okapis,… « C’est une mauvaise publicité contre notre pays ».

Propos recueillis par Umbo Salama


2 commentaires

  1. Bonjour! Pouvez-vous partager l’arrêté de référence?

    1. Author

      L’arrêté n’est pas encore rendu public. Toutefois, le ministre de l’environnement vient de suspendre le DG de l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la nature)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.